chronique

Elsa Morante, La Storia

Épigraphe : « Il n’est pas de mot, en aucun langage humain, capable de consoler les cobayes qui ne savent pas pour quelle raison ils meurent. » Un survivant d’Hiroshima. « …tu as caché ces choses aux savants et aux sages et tu les as révélées aux petits enfants… …parce que tel a été ton bon plaisir. » Luc, X, 21.

562191-gfAuteur : Elsa Morante
Éditions: Folio
Date de parution: 1974
Nombre de pages : 960

Synopsis : « Un jour de Janvier de l’an 1941 un soldat allemand marchait dans le quartier de San Lorenzo à Rome. Il savait en tout 4 mots d’italien et du monde ne savait que peu de chose ou rien. Son prénom était Gunther. Son nom de famille demeure inconnu. » Dans cette fresque à la fois historique et populaire, Elsa Morante fait revivre à travers l’histoire d’Useppe, fruit d’un viol commis par un soldat allemand ivre, et de sa mère, les horreurs de la guerre, cet  » interminable assassinat « .

Biographie de l’auteur :
Elsa Morante est une romancière italienne. Elle passe son enfance dans le quartier populaire du Testaccio. Fille d’une institutrice d’origine juive et d’un employé des postes, elle est en fait reconnue par Augusto Morante, surveillant dans une maison de correction. Dès l’âge de treize ans, Elsa Morante publie des récits dans plusieurs journaux pour enfants, et à dix-huit ans, elle décide de se consacrer à l’écriture, quittant famille et études. Elle publie son roman « Mensonge et sortilège » en 1948 et obtient le prix Viareggio, puis elle est lauréate du prix Strega, avec son roman, « L’île d’Arturo » en 1957. En 1974, elle publie « La Storia », qui suscite la polémique, puis « Aracoeli » en 1982. Elle recevra le Prix Médicis en 1984 pour « Aracoeli ».

Mon avis :
Ce roman est un crie à la vie, et Ida Ramundo et son fils Useppe en sont les symboles. Face à un pays déchiré entre la colonisation allemande et la résistance, Ida Ramundo n’aura que le choix de fuir.

Tout commence par un viol, et au fil des pages, ce qui nous semble être la pire épreuve vécu par Ida nous découvrons que la Guerre ne fait que commencer. Mais nous comprenons très vite que deux guerres s’opposent qui sont néanmoins liées.

D’un côté il y a la guerre que nous connaissons grâce aux livres d’histoires, aux mémoires d’anciens combattants, aux commémorations. Cette guerre-là est évoquée par l’auteur à chaque début de chapitre par un résumé précis de tout ce qui s’est passé lors de cette période. Puis il y a la guerre qui se joue entre Ida et la vie.

Dans ce fracassant atmosphère Ida ne cessera de se battre pour qu’elle est son fils survivent. Une phrase dans le roman permet de résumer pleinement l’intrigue de l’histoire : « J’ai vu les cannibales blancs ! ». Oui car il est bien question de cannibales et nous le comprenons très vite avec l’histoire d’Ida.

L’auteur n’a pas cherché à adoucir les faits, ou à n’établir qu’un calendrier des évènements, elle a créé une histoire, une histoire qui mérite d’être lue. Je ne peux que vous conseiller ce roman. Tout d’abord pour tout passionné de la Seconde Guerre Mondiale c’est un livre qu’il faut avoir absolument dans sa bibliothèque. Mais surtout pour le message que le roman véhicule.

Je n’ai pu qu’être séduite par Ida, ce personnage si frêle et fragile mais qui sans le savoir déploie une force et un courage incommensurable. Bien que le thème principal de ce roman reste le drame, nous découvrons grâce à Useppe une innocence qui nous emporte et peut nous faire sourire. Et cela c’est une véritable bouffée d’air.

J’aime ce roman, on ne s’ennuie jamais, il n’y a aucun moment de répit pour les personnages et pour le lecteur. On est tenu en haleine jusqu’à la dernière ligne, ce qui nous fait vite oublier la longueur du roman.

Un véritable coup de cœur.

Avez vous lu « La Storia » ?
Qu’est-ce qui vous a plu dans ce roman?
Le recommanderiez vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s