chronique

Daniel Glattauer, Quand souffle le vent du nord

9782253157304Auteur : Daniel Glattauer
Editions : Le livre de poche
Date de sortie : 2006
Nombre de page : 348

Synopsis : « Un homme et une femme.
Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails.
Jusqu’à devenir accros.
Jusqu’à ne plus pouvoir se passer l’un de l’autre, sans se rencontrer pour autant… »

Biographie de l’auteur :
Né à Vienne en 1960, Daniel Glattauer écrit depuis 1989 des chroniques politiques et judiciaires pour le grand journal autrichien Der Standard. Il est également l’auteur de plusieurs livres dont Quand souffle le vent du nord, immense succès international.

Mon avis :
Je ne compte pas vous faire languir cette fois, mon avis est que j’ai été plutôt déçue de ce roman. Pourtant je partais avec la plus grande envie et curiosité de découvrir cette histoire. Mais elle ne m’a pas enchantée, je n’ai en aucun cas été transportée.

Tout commence par une simple erreur de frappe qui fait qu’Emmi envoie un mail de résiliation à Léo et non au magasine souhaité. De là débute une relation épistolaire entre deux individus qui ne se connaissent pas. C’est un début plutôt intéressant me diriez-vous, mais par la suite ça en devient vite agaçant !

Leurs échanges de mails qu’ils font semblant de ne pas trouver ça important et qu’au final ils ne peuvent pas s’en passer, me rappelle deux adolescents perdus. Et pourtant ce ne sont pas deux adolescents, loin de là, Emmi est mariée et belle mère de deux enfants, Léo a perdu la femme qu’il considérait comme la bonne, c’est donc un bosseur : il est conseiller en communication et assistant en psychologie du langage à l’université.

Ce sont donc deux adultes matures qui jouent à un jeu comme deux gamins. Je n’ai rien contre l’idée de retomber en enfance lorsqu’on est adulte, tant que cela reste épistolaire. Mais très vite ils vont vouloir se rencontrer, ils vont d’abord s’appeler au téléphone pour entendre leurs voix, puis par un nouveau jeu ils décideront de se rencontrer. Ils se sont donné une heure de rendez-vous dans un café, sans savoir s’ils viendraient, l’autre devra tout simplement essayer de le découvrir.

Suite à cela leur relation prendra un nouveau tournant, ils se comporteront comme deux tourtereaux jaloux des fréquentations de l’autre. Mais je ne trouve pas que c’est un « dialogue amoureux » pour cela je préfère me fier à Nicholas Sparks. Ai-je été trop dure envers ce roman ? Ai-je voulu qu’il dépasse le maitre ? Peut-être bien c’est pour cela que je compte lire le second tome La septième vague, afin de laisser une nouvelle chance à cette histoire.

Pas d’enchantement.

Avez-vous lu Quand souffle le vent du nord ?
Qu’est-ce qui vous a plu dans ce roman ?
Le recommanderiez-vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s