chronique

Nina

« Go to sleep my precious one
Day is done and night is near
When you wake you’ll see the sun
Wish you for a star to steer.

Endors toi mon doux trésor
Le jour s’achève la nuit est proche
A ton réveil le soleil brillera
Prie qu’une étoile guide tes pas. »
Berceuse que chantait Nina Simone à sa fille.

nina-alice-briere-haquetAuteur : Alice Brière-Haquet
Illustrateur : Bruno Liance
Editions : Gallimard Jeunesse Giboulées

Synopsis : « Dream my baby dream…
Nina Simone, grande dame du jazz, avait l’habitude d’endormir sa fille en lui chantant une berceuse. Mais ce soir-là, Lisa ne trouve pas le sommeil. Alors Nina lui raconte une histoire, son histoire. »

Biographie de l’auteur :
Alice Brière-Haquet a enseigné la littérature une douzaine d’années dans un lycée caennais. Elle aime écrire pour les enfants parce qu’elle pense qu’avec eux, on peut parler de choses sérieuses sans pour autant se prendre au sérieux. Y compris de la solitude, ou de la maladie. L’épouvantail est son premier texte à être publié, elle dédie ce livre à son fils. Elle a écrit cette histoire au moment où son fils de 6 ans souffrait d’une maladie des os.

Biographie de l’illustrateur :
Bruno Liance est illustrateur, papa et mélomane. Le dessin avait toujours rythmé sa vie en pointillés, et il y a 15 ans, il décida de s’en saisir tout à fait et étudia aux Arts décoratifs de Paris. Suivront des commandes en documentaire et des projets d’albums jeunesses, avec en horizon la bande dessinée. L’univers de l’enfance est pour lui moins un choix qu’une évidence. Emotions, réflexions, questions… Il aime échanger avec ce public qui a tout à apprendre et qui peut tout comprendre, sans subir encore les œillères de l’habitude.

Mon avis :
Je suis une grande admiratrice de Nina Simone, en tant que chanteuse bien sûr, mais surtout pour ses textes engagés tel que Mississippi Goddam. Cependant je n’ai jamais cherché au-delà, essayé de découvrir son histoire. J’ai donc été enchantée lorsque l’on m’a offert cette bande-dessinée.

Ce n’est pas en soi l’histoire de Nina Simone, mais nous en avons quelques bribes. Etant donné que cette BD est très courte, très peu de choses sont dites, on privilégie le dessin, mais cela est suffisant pour assouvir notre curiosité.

NINA_DP03

Les illustrations sont merveilleuses, le noir et blanc est parfait pour représenter cette ségrégation raciale. On se retrouve plongé en Amérique dans les années 60, on est Lisa qui essaie de s’endormir en écoutant l’histoire de sa mère, on pourrait presque entendre sa berceuse.

Cela conviendrait parfaitement à un enfant, mais tout autant à un adulte qui redécouvre une grande chanteuse dans le rôle de mère et qui plonge dans son enfance.

Quel délice !

Avez-vous lu Nina ?
Qu’est-ce qui vous a plu dans cette bande-dessinée ?
La recommanderiez-vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s