chronique

John Green, Nos étoiles contraires

Épigraphe : « Tandis que la vague déferlait sur la grève, Monsieur Tulipe se tourna vers le large.
– Entremetteur, cajoleur, empoisonneur, dissimulateur, révélateur. Non mais regarde-le monter et descendre, entrainant tout sur son passage.
– Qui ça ? demanda Anna.
– L’océan, répondit Monsieur Tulipe. Enfin, l’océan et le temps. » Une impériale affliction – Peter Van Houten.

nos-etoiles-contraires-9782092543030_0Auteur : John Green
Éditions: Nathan
Date de sortie : 2012
Nombre de page : 327

Synopsis : « Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie »

Biographie de l’auteur :
John Green est né en 1977. Il vit avec sa femme et son fils à Indianapolis, la capitale de l’État de l’Indiana, aux États-Unis. Il a reçu de nombreux prix pour ses romans, dont le Michael L. Printz Award, prestigieux prix américain, pour son premier roman Qui es-tu Alaska ?
John Green et son frère, Hank, sont les auteurs de Vlog-brothers, un des projets de vidéos en ligne les plus connus au monde.

Mon avis :
Hazel Grace Lancaster est très vite devenue une  amie (si je puis dire). Au-delà de la maladie Hazel est une fille simple mais dont la vie lui échappe. Et pour cause, atteinte d’un cancer elle se bat chaque jour pour survivre. Mais au début du roman Hazel est déprimée, malgré tout l’amour que lui portent ses parents, elle se sent seule. Forcée par ces derniers à intégrer un groupe de soutien, Hazel va y rencontrer Augustus et cela changera sa vie.

Augustus Waters est tout le contraire d’Hazel on pourrait dire. Il est pétillant et populaire. En rémission depuis plus d’un an, il croit avec d’autant plus de force à la vie et il va répandre son enthousiasme sur Hazel. C’est plus sur son grand dévouement envers ses amis qu’on l’apprécie, que sur le personnage qu’il veut bien montrer.

Nos étoiles contraires est un roman qui m’a ému. Reliés par un rêve commun celui de rencontrer leur auteur préféré Peter Van Houten, Hazel et Augustus vont devenir plus proche. Le côté « moderne » de John Green, fait qu’on oublie rapidement la maladie et qu’on découvre deux adolescents ordinaires.
A la fin de cette lecture on est forcément tout chamboulé, mais je pense qu’on en ressort aussi un peu grandi. Je ne peux donc que vous encourager à le lire et si vous avez apprécié la lecture allez voir le film qui est merveilleux.

La vie reste notre plus beau cadeau.

Avez-vous lu Nos étoiles contraires ?
Qu’est-ce qui vous a plu dans ce roman ?
Le recommanderiez-vous ?

Publicités

5 réflexions au sujet de « John Green, Nos étoiles contraires »

  1. Tu dis tout ce qu’il faut dans cette chronique. J’ai lu le livre après avoir vue le film. J’ai adoré les deux. Et je recommande rien que pour le côté maladie. Car ce n’est pas parce qu’on est jeune que l’on est en sécurité. Tout peux basculer du jour au lendemain.

    A bientôt !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s