chronique

Bernhard Schlink, Le liseur

416Zn+W-hbL._SX302_BO1,204,203,200_Auteur : Bernhard Schlink
Editions : Folio
Date de parution : 1995
Nombre de pages : 243

Synopsis : « A quinze ans Michaël fait la connaissance d’une femme de trente-cinq ans dont il devient l’amant. Pendant six-mois, il la rejoint chez elle tous les jours et lui fait la lecture à haute voix. Cette Hanna, mystérieuse, disparait du jour au lendemain.
Sept ans plus tard, Michaël assiste au procès de cinq criminelles parmi lesquelles il reconnait Hanna. Elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l’insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée. Il la revoit une fois, des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : « Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération que j’aurais moins bien su camoufler que les autres ? »

Biographie de l’auteur :
Bernhard Schlink , né en 1944, partage son temps entre Bonn et Berlin. Il exerce la profession de juge. Il est l’auteur de plusieurs romans policiers couronnés de grand prix.

Mon avis :
J’ai été plusieurs fois déroutée par la lecture de ce roman, mais dans le bon sens du terme. Je m’explique, le narrateur de cette histoire est Michaël, mais Michaël avec du recul, un âge avancé, et le regard critique sur les évènements qui se sont produits.

L’histoire se déroule quelques années après la guerre, Michaël par un coup du destin va rencontrer Hanna, et comme il est dit dans le résumé, il deviendra son amant. Le premier point déroutant de cette histoire c’est donc cette relation entre un adolescent et une femme de 35ans. Mais par-delà cette aspect qui dérange, encore plus à l’époque qu’à nos jour, Michaël ne sera pas que son amant mais il sera aussi son liseur. Lorsqu’il rendra visite à Hanna, celle-ci souhaitera à chaque fois qu’il lui fasse la lecture à voix haute.

Seulement un jour Hanna disparaitra et Michaël passera dans un état anesthésique. Ce ne sera que 7ans plus tard qu’il la retrouvera lors d’un procès, autre point déroutant. Hanna sera sur le banc des accusés, avec d’autres femmes qui ont toutes été gardiennes dans les camps de concentrations. Michaël suivra le procès pour ses études de droit, et avec mainte réflexion il découvrira le secret d’Hanna. Celle-ci ne souhaitant pas le révéler, sera condamnée à perpétuité. Michaël culpabilise aurait-il dû avouer son secret ? Aurait-il pu la sauver ?

Ce roman est divisé en 3 parties et chacune des parties nous tiennent en haleine. Le narrateur nous transporte facilement dans ses souvenirs, les pages défile ainsi très vite. Si vous souhaitez passer un bon moment avec un roman à la fois déroutant et poignant, je ne peux que vous le conseiller.

Saisissant !

Avez-vous lu Le liseur ?
Qu’est-ce qui vous a plu dans ce roman ?
Le recommanderiez-vous ?

Publicités

4 réflexions au sujet de « Bernhard Schlink, Le liseur »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s