Poésie

Arthur Yasmine, Invocation à la jeune morte

Un petit poème d’un poète vivant: Arthur Yasmine, je vous en avais parlé dans Et si l’on parlait poésie #3, en voici un extrait:

« Invocation à la jeune morte »

À la tremblante, la convulsée…
Tant embrassée, l’épileptique… combien t’ont laissée morte ?…
Combien t’ont enterrée ?…
À la fauve…
À l’affamée qui se débat dans son caveau…
À son vacarme de mourante…
Aux fureurs qui frappent son tombeau…
De toi mendiante, combien croyaient jurer l’ailleurs ?…
Combien pensaient que tu les sauverais ?…
À la singulière, la marginale…
On t’a craché dans la bouche et l’on t’a délaissée…
Poésie! Poésie!
J’envoie nos clameurs chérir ton cadavre…
Dans l’ennui et la rage, qu’il nous fasse danser…
J’envoie chercher ton cadavre…
Pour la force et le soleil, qu’il nous fasse chanter…

Arthur Yasmine, Les Clameurs de la Ronde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s