chronique

Frédérick Tristan, Les Égarés

Épigraphe : « Il marchait et il voyait le sentier plein de sang et la terre abreuvée du sang des victimes de toute part. Il fixa son regard vers la terre et il vit les traces de pas des nourrissons et des enfants qui partaient en captivité. Il s’inclina jusqu’à terre et les baisa. Puis il rejoignit les captifs, les enlaça et les embrassa. Il pleurait devant eux et eux devant lui. Il dit : -Mes frères, mon peuple, tout cela est arrivé parce que vous n’avez pas écouté mes paroles. » Pesiqta Rabbati XXVI.

frederic_tristan_les_egares-195x300Auteur : Frédérick Tristan
Éditions :
Balland
Date de parution :
1983
Nombre de pages :
439

Synopsis : « Dans le climat à la fois passionnel et tourmenté qui précède la Seconde Guerre mondiale, Jonathan Absalon Varlet, un jeune Anglais doté d’un pouvoir de séduction sans égal, rencontre un curieux personnage, Cyril Pumpermaker. Celui-ci, qui vient d’achever son premier roman, confie le manuscrit à son nouvel ami afin qu’il entreprenne les démarches nécessaires à sa publication. Désireux de se protéger du monde et de ses éclats, il va même jusqu’à accepter que Varlet endosse son œuvre sous le pseudonyme de Chesterfield.
Très vite, l’intelligence, l’ascendant et l’habileté de Varlet propulsent littéralement le nom de Chesterfield et le portent au sommet de la notoriété internationale. Et cela sans que Cyril en prenne ombrage. À l’un les joies de l’écriture, à l’autre celles de la célébrité.
Mais qui est véritablement Chesterfield dans cet univers en décomposition ? Un redresseur de torts, un homme d’affaires, un martyr ? »

Biographie de l’auteur :
Frédérick Tristan est né en 1931 à Sedan. Il a exercé de nombreux métiers : machines textiles, délégué en Extrême-Orient pour des protocoles financiers, conseiller auprès de la présidence des assurances ITEA, professeur d’iconologie paléochrétienne (ICART, Paris), mais surtout écrivain et poète. Il a reçu le Prix Goncourt pour Les Egarés (Balland, 1983 ; Fayard, 2001) et le Grand Prix de littérature des Gens de Lettres en 2000 pour l’ensemble de son œuvre – laquelle, selon Bernard Pivot, est « d’une puissance inégalée en France, d’une grande générosité d’intrigues, de rebondissements et de thèmes ». Ses œuvres romanesques complètes et quelques essais ont été publiés ou republiés par les éditions Fayard.

Mon avis :
Que de rebondissements dans cette œuvre ! Ce prix Goncourt 1983 a été une très belle découverte pour moi. On y retrouve les thèmes de l’homme en proie à la solitude, l’homme en quête de son identité, l’homme face à la folie du monde. Tellement de sujets abordés qui s’équilibrent parfaitement dans un univers bourgeois du XXe siècle.

Deux hommes si différents et pourtant qui se rejoignent sur un point : leur quête d’identité. L’un fuit le nom de son père qu’il a longtemps détesté, l’autre ne sait pas qui sont ses parents. Tous deux vont construire le personnage de Chesterfield. Pour cela Cyril sera l’écrivain caché dans l’ombre de Jonathan qui glorifiera le personnage de Chesterfield. Le narrateur de l’histoire n’est autre que Cyril qui écrit les mémoires de son amitié avec Jonathan en passant par comment ils en sont arrivés à créer ce personnage et ce qui les a amenés à la gloire.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette intrigue, on pourrait ce dire que tout le roman tourne autour de quand est-ce qu’ils seront démasqués mais en réalité ça va bien au-delà de ça. Le style d’écriture, plutôt représentatif de l’aristocrate anglais du XXe siècle, nous transporte facilement dans l’univers du roman. Mais leurs vies tranquilles seront vite rattrapées par la montée du nazisme au pouvoir et toute la folie que cela entrainera. Tellement d’évènements se produisent en un seul roman que vous n’arrivez pas à décrocher donc n’hésitez pas à vous lancer dans cette lecture 😉

Passionnant.

Avez-vous lu Les Égarés ?
Qu’est-ce qui vous a plu dans ce roman ?
Le recommanderiez-vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s