chronique

Valentine Goby, Kinderzimmer

Épigraphe : « CHANTECLER. –Tiens, les entends-tu maintenant ?
LA FAISANE. –Qui donc ose ?
CHANTECLER. –Ce sont les autres coqs.
LA FAISANE. –Ils chantent dans du rose…
CHANTECLER. –Ils croient à la beauté dès qu’ils peuvent la voir.
LA FAISANE. –Ils chantent dans du bleu…
CHANTECLER. –J’ai chanté dans du noir. Ma chanson s’éleva dans l’ombre la première. C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. » Edmond Rostand, Chantecler, acte II, scène2.

81SA5y0tUcLAuteur : Valentine Goby
Éditions :
Babel
Date de parution :
2013
Nombre de pages :
223

Synopsis : « En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille détenues. Dans les baraquements, chaque femme doit trouver l’énergie de survivre, au plus profond d’elle-même, puiser quotidiennement la force d’imaginer demain. Quand elle arrive là, Mila a vingt ans. Elle est enceinte mais elle ne sait pas si ça compte, si elle porte une vie ou sa propre condamnation à mort.
Sur ce lieu de destruction, comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, une point de lumière dans les ténèbres »

Biographie de l’auteur :
Née en 1974, Valentine Goby publie depuis quinze ans pour les adultes et pour la jeunesse. En 2014, elle reçoit le Prix des Libraires pour Kinderzimmer, paru chez Actes Sud. Passionnée par l’histoire et par la transmission, la mémoire est son terrain d’exploration littéraire essentiel.

Mon avis :
Eh oui encore un livre sur la Seconde Guerre Mondiale ! Et ce n’est pas prêt de s’arrêter puisque j’en ai encore plusieurs qui m’attendent. Mais il n’y en a jamais trop puisqu’ils sont tous différents et malgré tous ceux que j’ai déjà lu, celui-ci se distingue.

Cette fois c’est une femme que nous allons suivre, une française qui plus est. Cette femme c’est Mila ou Suzanne selon les moments, elle arrive au camp de concentration de Ravensbrück en 1944 dans la partie exclusivement réservée aux femmes, mais elle n’arrive pas seule car elle va découvrir qu’elle est enceinte. Je n’avais encore rien lu sur une femme enceinte internée dans un camp allemand alors je peux dire que j’ai de nouveau appris et que j’apprendrai toujours car il  y a tellement plus à découvrir, à comprendre de cette période.

Même si j’ai commencé cette histoire difficilement, puisque je n’étais pas en état de lire à nouveau autant d’horreur, cela en faisait trop. J’ai quand même réussi à dépasser mes sentiments et à me plonger véritablement dans ce roman. On ne peut tout simplement pas rien ressentir en lisant ce roman, je ne pouvais pas rien ressentir en le lisant d’autant plus que Mila a à peine 20ans quand elle arrive au camp soit mon âge actuellement. J’ai été comme instantanément liée à cette jeune femme et à partir de là j’ai suivi l’histoire à travers ses yeux.

Que ces femmes sont courageuses, on pourrait croire cette barbarie fausse, on pourrait croire qu’à la fin du roman rien de tout cela ne s’est passé et pourtant on sait que ça a bien été réel. Mais le côté totalement atypique de ce roman c’est le Kinderzimmer, l’endroit réservé au nouveau-né, là où Mila va mettre au monde son enfant. C’est totalement ahurissant de ce dire que cet endroit a existé alors qu’on tentait de tuer les mères de ces nouveau-nés en les faisant travailler sans relâche. C’est pour cela que j’ai d’autant plus apprécié ma lecture, car j’y ai découvert un nouvel aspect, la fin est aussi très surprenante. Je vous conseille donc cette lecture même s’il vaut mieux être en bon état avant de la commencer.

Déroutant.

Avez-vous lu Kinderzimmer ?
Qu’est-ce qui vous a plu dans ce roman ?
Le recommanderiez-vous ?

Publicités

9 réflexions au sujet de « Valentine Goby, Kinderzimmer »

  1. Je l’ai commencé, bon j’en ai lu un tiers, mais je l’ai abandonné (oui honte à moi) car je trouvais les.phrases trop courtes pour faire passer des emotions et j’avais besoin de plus de descriptions…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s