chronique

Yasmina Khadra, L’Olympe des infortunes

Épigraphe : « Si tu veux t’acheminer
Vers la paix définitive
Souris au destin qui te frappe
Et ne frappe personne. » Omar Khayyam

« Il était dans le monde et le monde fut par lui et le monde ne l’a pas connu. Il est venu chez lui […] et les siens ne l’ont pas reçu. » Jean, I, 10-11.

yasmina khadraAuteur : Yasmina Khadra
Éditions :
Pocket
Date de parution :
2010
Nombre de pages :
187

Synopsis : « Entre le chaos de la ville et le silence de la mer, c’est un havre et une remise – le royaume des laissés-pour-compte.
Là règnent les oubliés volontaires, ceux qui fuient et chantent le bonheur d’être hors du monde : ivrognes, sans grades, clochards célestes… Ach le Borgne est poète, philosophe, musicien. Et Junior le Simplet l’accompagne, extatique. Ni anges ni démons, ces réprouvés ont eu leur part de mensonges et de vices, leur part de crime. Ici comme ailleurs, la vie suit son cours, chaotique, drôle et surprenant… »

Biographie de l’auteur :
Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est né en 1955 dans le Sahara algérien. Il est aujourd’hui connu et salué dans le monde entier où ses romans sont traduits dans 32 pays. Les Hirondelles de Kaboul et L’attentat sont les deux premiers volumes d’une trilogie consacrée au dialogue de sourds qui oppose l’Orient et l’Occident et qui s’achève avec la parution des Sirènes de Bagdad. Le prix Nobel J.M. Coetzee vit en cet écrivain prolifique un romancier de premier ordre.

Mon avis :
Pour commencer je tiens à vous prévenir que je ne sais absolument pas quoi dire dans cette chronique ! Je vais essayer de vous retranscrire l’histoire et de vous partager mon ressentie mais cela va être difficile et vous allez très vite comprendre pourquoi.

L’histoire : on se retrouve dans un terrain vague, proche d’une ville qui ne nous est pas nommée donc on pourrait être n’importe où. Cette « Olympe des infortunes » est seulement habitée par les laissés-pour-compte, certains ont fuit la ville, d’autres ne l’ont jamais connu mais tous la renie. Ils veulent mener une vie où ils ne doivent rien à personne, ils vivent simplement avec ce qu’ils trouvent aux alentours, ils se contentent de peu et apprécient leur vie ainsi.

Donc comme vous l’aurez compris dans cette histoire on parle de tout et de rien. J’ai eu du mal à comprendre où l’auteur voulait nous emmener, je me suis demandée si une morale était cachée mais je n’ai rien trouvé. Les personnages qui nous accompagnent tout au long de cette histoire son Ach le Borgne et Junior le Simplet, mais encore une fois on parle d’eux, de ce qui se passe dans le terrain vague mais on ne va pas plus loin. C’est une sorte de retranscription de leur journée mais dans ces journées on s’ennuie beaucoup et du coup ma lecture a été très ennuyante. Si vous souhaitez lire du Yasmina Khadra je ne vous recommande donc pas ce roman pour commencer, en revanche L’attentat m’a beaucoup ému et je vous le conseil fortement !

Ennuyant.

Avez-vous lu L’Olympe des infortunes ?
Qu’est-ce qui vous a plu dans ce roman ?
Le recommanderiez-vous ?

Publicités

2 réflexions au sujet de « Yasmina Khadra, L’Olympe des infortunes »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s